Assainissement de Ziguinchor: Mamadou Lamine Dia châtie Soumaila Manga

“Quand un escroc, doublé d’un faussaire tente de donner une leçon de décentralisation”Soumaila Manga, le ridicule ne tue vraiment pas chez toi! Dans ta prétendue leçon, tu convoques l’article 305 du code général des collectivités territoriales pour soutenir ta fameuse thèse de “l’assainissement solide” qui n’existe que dans ta tête. Cet article, Soumaila, détermine les compétences transférées aux communes dans le domaine de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles.

Dans ce domaine précis, les communes reçoivent huit compétences parmi lesquelles évidement, la gestion des des déchets et la lutte contre l’insalubrité. Avant de revenir sur ce que fait l’équipe municipale dans ce domaine, Il me plaît ici, de te demander d’où est-ce que tu tires ta notion “d’assaisonnement solide”? L’article L1er de la loi 2009-24 du 8 juillet 2009 portant code de l’assainissement que tu cites, n’a défini que 22 notions dont 5 types d’assainissement: l’assainissement liquide, l’assainissement collectif, l’assainissement autonome, l’assainissement individuel et l’assainissement semi-collectif.

Ce petit rappel aura tout son sens dès lors qu’elle te permettra de comprendre que la relation que tu sembles établir entre la lutte contre l’insalubrité et l’assainissement, n’existe pas à priori. La difficulté qui a posteriori établit cette relation, n’est pas le fait de la municipalité, elle résulte de nos comportements. Lorsque malgré les efforts combinés de l’Etat (avec l’UCG) et de la municipalité dans le ramassage des ordures avec au moins deux ou trois passages par semaine des camions de ramassage dans les quartiers, malgré le curage régulier des caniveaux, nous continuons à jeter nuitamment des ordures dans les canalisations, il devient plus pertinent de s’interroger sur notre conscience citoyenne que de chercher à nous faire une santé politique sur le dos des ziguinchorois.

Quand à l’article 195 que tu évoques, il fixe les recettes de fonctionnement des communes. Oui, parmi ces recettes figure la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, mais il faut être vraiment borné, pour ne pas savoir que cette taxe figure parmi celles irrécouvrables par la quasi-totalité des communes. À supposer même que cette taxe soit recouvrée, quel serait son rapport avec les dépenses dans l’assainissement (dépenses d’investissements), alors qu’elle est inscrite dans la catégorie des recettes de fonctionnement ? Hélas, je pose la question à un abruti, ça ne sert à rien.

Revenant à la loi 2009-24 du 8 juillet 2009, je t’exhorte à consulter le décret 2011-245 du 17 Février 2011 portant application du code de l’assainissement, qui détermine les conditions et modalités d’application de ce code. Cela te permettra peut-être, de te sauver de ton ignorance. Mais attention, si tu as du mal à saisir ce qui se dit dans ces textes, tu peux aisément nous revenir pour plus d’explications parce que Antoine Claude Gabriel Jobert disait que “une ignorance complète vaut mieux qu’une éducation mal digérée”.

Mamadou Lamine Dia 
Responsable des Jeunes
De l’UCS/Commune de Zicuinchor. 
dialamine01@yahoo.fr

DERNIERES ACTU

Login