Contribution à la lettre ouverte d’un camarade, à l’endroit du Maire de la Commune de Tenghori.(Par Thierno Ibrahima sow)

Je n’ai jamais déjeuné avec une personne morale disait Maurice Hauriou. Une personne morale est différente d’une personne physique. C’est une institution. Donc on ne peut s’asseoir sur une table avec une entité abstraite et déjeuner ou prétendre déjeuner avec elle. Autant dire, parlons de l’Institution, de la Commune de Tenghori et de son élu.

De la naissance à la renaissance, que sais-je ?

Ce prélude permet de réverbérer sur deux aspects notamment ce qui est et ce qui devrait être tout en prenant en considération la situation actuelle qui secoue le monde.

Concernant ce qui est, les connaissances, les constats et les remarques sont tellement amples que cette note ne saurait contenir exhaustivement leurs descriptions. En revanche, nous allons simplement nous attarder d’emblée sur des précisions non équivoques avant de nous pencher vers des discussions qui, en principe, éclaireront la lanterne de ceux qui jusque-là, pensent que la jeunesse est en hibernation. Non !

Nous précisons que nous ne nous adressons pas au Maire en tant que personne physique, mais plutôt au Maire en tant que personne publique gérant une collectivité territoriale qui nous appartient tous en l’occurrence la Commune de Tenghori. Nous trempons notre plûme pour dresser quelques lignes afférentes à la gestion des affaires de notre Commune, notre collectivité.

Nous sommes des citoyens libres, critiques bien sûr mais conscients et soucieux de la gestion de notre Commune dans le présent comme dans le futur. Nous vous rappelons qu’aux termes de l’article 06 alinéas 1 et 2 du code général des collectivités territoriales du Sénégal, le citoyen doit contrôler et participer activement à la gestion des affaires de sa Commune. En phase avec la loi, nous ne resterons pas aphones sur la gouvernance locale de notre cher Tenghori.

Monsieur le Maire, nous constatons avec beaucoup de regret la gestion nébuleuse des ressources de notre Commune. Nous ne sommes pas dans une oligarchie où le pouvoir est géré par une minorité. Nous ne sommes non plus dans un monde où on croit à la conception du philosophe Saint Paul du pouvoir quand il dit que toute autorité vient de Dieu et que « celui qui résiste à l’autorité se rebelle contre l’ordre établi par Dieu ». Bref, nous croyons à la thèse de Thomas Hobbes et Jonh Lock à savoir, le pouvoir c’est le peuple. Ce peuple ou cette population vous a élu pour que vous le serviez M. le Maire et non pas se servir d’elle pour assouvir vos besoins.

Nous ne sommes pas dans une virtualité encore moins dans un monde mythique ou métaphysique. Nous sommes convaincus qu’on est dans le réel. Par conséquent, la réalité est que dans ces moments de guerre contre la pandémie à Coronavirus inopinée, la population attendait fort de son élu en terme de mesures et d’actes pour combattre l’ennemi. Mais, le paradoxe est que rien de concret n’a été enclenché au moment où ses homologues à savoir le Maire de Bignona et celui de Ziguinchor pour ne citer que ceux-là, sont entrain d’abattre un travail fabuleux. Nous maîtrisons bien les domaines de compétences d’un maire. Nous savons très bien qu’un maire à une compétence sanitaire et sociale. Sur ce, nous sommes rassurés que vous n’allez pas nous dire que vous ne pourrez pas intervenir dans ce domaine en avançant l’idée que ça ne relève pas de votre compétence. Non !

Monsieur, nous maitrisons également les Finances Locales. Sans entrer dans les détails, nous affirmerons que chaque Commune bénéficie des ressources endogènes et des ressources exogènes. C’est pourquoi quand nous parlons de fonds de dotation, de fonds d’investissements, de taxes et de redevances, vous comprendrez que c’est le droit de la décentralisation qui est à l’honneur. Ces finances pouvaient bien servir.

Qu’à cela ne tienne, parlons de ce qui devrait être.

Toute population qui se respecte veut un élu local qui sait assumer dignement sa tâche et sa responsabilité. Il doit être une autorité avec une posture où l’oubli de soi primerait sur toute autre considération narcissique. Sa seule préoccupation ou motivation devrait être sa commune et ses habitants.

En ces moments d’incertitude où les espoirs sont dans les faubourgs du désespoir, la population de Tenghori est dans l’esseulement total. A Tenghori, c’est la naïveté et la vanité des prétentions de la part de ceux qui exercent la gouvernance locale de cette Commune.

Etant donné que jusque-là rien n’a été entrepris, nous espérons qu’après avoir eu conscience des critiques des uns et des autres, vous allez bien réagir en assistant la population en leur octroyant des masques peut être pour au moins leur permettre à pouvoir respecter la nouvelle mesure qui rend obligatoire le port de masque et de se protéger contre tout danger.

Monsieur le maire, assistez votre population car, nous n’avons jamais vu une Commune sans population encore moins un maire qui s’élise à lui seul. Assumer votre mission de gardien et de garant de la salubrité publique.

Les critiques doivent servir de lumière. Elles ne doivent pas être à l’origine de négation. L’intimidation est l’arme des sans arguments.
Nous sommes la voix des sans voix comme disait Césaire. Nous continuerons de parler jusqu’à ce que le message soit bien compris.

La barbe ne fait pas le père.

Nulle pierre ne peut être polie sans friction. Nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve.

M. Thierno Ibrahima Sow alias Tis, Etudiant chercheur en Droit Public Général, fils de la Commune de Tenghori.

DERNIERES ACTU

Login