Casamance Actu
Actu du Sud Société

LA « MARCHE DE L’EAU » AU CAP SKIRING : QUAND LE POUVOIR TESTE ENCORE SON APPAREIL RÉPRESSIF AVEC LA COMPLICITÉ D’UNE CERTAINE PRESSE(par soumaila manga)


La journée de ce samedi 30 mai a été marquée par des heurts entre la gendarmerie et les populations du Cap Skiring suite à l’interdiction de la « MARCHE DE L’EAU » initiée par ces dernières ? Il s’en est suivi des arrestations à la pelle et des blessés par balles réelles.
Que l’on nous dise qu’il y a violation de la loi du fait que cette marche ait lieu en plein état d’urgence avec l’interdiction des rassemblements, ça n’est pas un argument valable. Le pouvoir n’est-il pas celui qui a violé en premier cette loi en cautionnant les rassemblements ?
Car en privant ces populations de l’eau du robinet, elles sont obligées aux rassemblements dans les divers points d’eau de cette ville touristique. Ceci dit que le motif d’interdiction de cette marche n’était pas valable et il n’y avait pas lieu de réprimer ces marcheurs.
Comme nous n’avions de cesse de le répéter, le pouvoir profite d’un moindre débordement des populations pour tester son appareil répressif. Nous l’avions signalé en début du couvre-feu quand nous parlions de « CORONA VIOLENCE ». Il a fallu la bavure policière de Nietty Mbar chez l’Imam Gningue pour que certains commencent à s’en rendre compte. Nous avions vu durant ces événements comment une certaine presse avait été utilisée pour travailler les esprits après ce forfait.
C’est le même procédé qui a été réédité hier au Cap Skiring. Une certaine presse a vite fait de publier des informations selon lesquelles les véhicules de la gendarmerie ont été saccagés, le commandant de brigade blessé et la brigade de gendarmerie vandalisée. De tout ça, aucune image prouvant ces écrits n’a été fournie au moment où les images et vidéos des populations blessées et les balles réelles tirées faisaient le tour des réseaux sociaux.
Il se révéla au finish qu’il n’en était rien de tout ce qui a été dit sur la brigade de gendarmerie en question. Nous avons le sentiment que cette presse est manipulée par ceux-là même qui sont au cœur de cet appareil répressif afin de travailler les esprits en ce sens. 
C’était la même chose à Nietty Mbar où la photo de l’un des fils de l’Imam a été publiée comme celle d’un policier blessé, le véhicule de son autre fils montré comme celui de la police vandalisé sans parler de l’INFOX selon laquelle les jeunes jouaient aux petits camps devant la maison.
Nous n’avons de cesse de dire que ce « COVID-SÉNÉGAL » mène sûrement Macky-président à la « CORONA VICTOIRE » et adieu les rêves d’un véritable changement en 2024. Nous avons d’ailleurs eu écho de l’acquisition d’une quantité d’armes auprès d’une société brésilienne « TAURUS » ; lesquelles armes sont destinées à la gendarmerie nationale aujourd’hui en première ligne pour mater le peuple révolté. 
Comme un éternel recommencement, ce même pouvoir reviendra par une autre voie distribuer les sucettes aux victimes, amadouer les révoltés, faire diversion pour étouffer les voix des résistants et continuera de faire croire que nos Forces de Défense et de Sécurité sont républicaines tout en ayant en ligne de mire LE POUVOIR ET RIEN QUE LE POUVOIR.

Soumaila MANGA, président Debout Pour La Patrie-DLPMembre du Mouvement JUSCACandidat à la mairie de Ziguinchor

Articles similaires

Drame à sacré-cœur : Une femme meurt en voulant monter à bord d’un Tata !

Fatou Dieng

AUJOURD’HUI : 17 mai 1906, le chef guerrier Diola, Djignabo Badji Basséne, est tué par les Français

Fatou Dieng

CLEANING DAY:Bignona a vu ses artères nettoyées à coups de balais, de râteaux.

diatta

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus