Casamance Actu
Justice

Le film de la traque et de l’arrestation d’Amadou Guèye, agresseur du Pr Moussa Seydi

Ça se complique pour Amadou Guèye, agresseur du Pr Moussa Seydi le chef de service des maladies infectieuses de Fann (Dakar). Arrêté mardi 28 juillet dernier à la suite d’une plainte déposée à la Sûreté urbaine de Dakar, par le professeur Moussa Seydi, icône de la lutte contre la Covid-19 au Sénégal, A. Guèye a été déféré hier mercredi, devant le procureur de la République, pour «injures publiques, violences et voies de fait, ainsi que menaces» proférées contre la célèbre blouse blanche.

L’agresseur présumé a été perdu par le flair des enquêteurs de la Sûreté urbaine de Dalar. Les limiers enquêteurs ont mené leurs investigations sur la base d’une plaque d’immatriculation d’une moto mise à leur disposition. La piste mène à une identité, mais sans adresse précise. Le commissaire Sankharé et ses hommes sollicitent les services de la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf).

«Le reste est un travail d’enquête de police» qui a permis d’identifier formellement l’agresseur du professeur Seydi, sous le nom d’Amadou Guèye. Les enquêteurs vont localiser leur cible au quartier dakarois de Sacré-Cœur où Amadou Guèye, se sachant recherché, avait choisi de terrer, désertant provisoirement son domicile sis au quartier Fass. Les éléments de la brigade de recherches de la Sûreté urbaine déployés à Sacré-Cœur, vont effectuer une descente inopinée dans la demeure du frère de A. Guèye, interpellé et conduit mardi dernier, au commissariat central de Dakar, aux fins d’enquête.

Entendu, Amadou Guèye va expliciter le mobile de son agression verbale contre le professeur Seydi. L’ingénieur en automobile à «Renault», dira être revenu à Dakar, au tout début de la pandémie du Covid au Sénégal. Depuis, avec la fermeture des frontières, il est resté bloqué dans la capitale sénégalaise. Avant son retour au bercail, Guèye confie avoir été ulcéré par ces images de compatriotes sénégalais morts du Covid-19 et incinérés en France. Une pratique, soutient-il, contraire à la religion, à nos us et coutumes et qui plus est, résultaient d’une position «controversée» des autorités étatiques et donc sanitaires de ne pas rapatrier les dépouilles. Du coup, lorsqu’il a aperçu le professeur Seydi aux cimetières de Yoff, il n’a pu se retenir et a déversé sa bile sur l’infectiologue, chef de service des maladies infectieuses au Chnu de Fann.

Abdoulaye DIEDHIOU

Articles similaires

Bénéficiaire d’une liberté provisoire: Bougazelli fera face à la presse samedi prochain

Fatou Dieng

Me Moussa Diop traîne Barthélémy Dias en justice

Fatou Dieng

Ziguinchor : La police saisit près de deux millions Cfa en faux billets

Fatou Dieng

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus