Ouverture Des Classes Hypothétique : Le Coup De Gueule Des Syndicalistes

Diokel Faye Sg départemental CUSEMS à Mbour et coordinateur local du G7 a donné le fond de sa pensée sur l’ouverture des classes le 2 juin.« L’heure est grave, notre pays est en danger. Vous  devez pouvoir lire le malaise des acteurs. Personne n’est content. Et j’ai honte de ma nation ! » C’est la première remarque faite  par Djockel Faye SG Départemental du CUSEMS,  dans sa prise de parole à la réunion consacrée à la préparation de la reprise des enseignants/ apprentissage, convoquée par le Préfet du département de Mbour ce vendredi 15 Mai 2020, qui se déroule présentement. Le Coordonnateur du G7 met les autorités devant leur irresponsabilité pour ne pas dire leur responsabilité. « Vous avez dit ne pas vouloir prendre le micro pour ne pas être infecté. Le Président de la République fait ses conseils de ministre par visioconférence, les IA même ne peuvent pas tenir leurs réunions », leur lance t-il. Avant de poursuivre : « moment où les cours s’arrêtaient, on était à 20 cas positifs au Sénégal. Or, aujourd’hui nous en sommes à plus de 2000 ». Ce qui lui fait constater un forcing et une mise en danger de l’école par cette décision des autorités. « Le danger est qu’au moment où nous serons dans nos classes vous serez dans vos bureaux », se lamente le syndicaliste.  Les effectifs pléthoriques dans les classes, inquiètent les enseignants. « Est-ce que vous n’êtes pas dans les dispositions de rouvrir les classes que pour nous jetez en pâture. Si c’est le cas, endossez toutes les responsabilités », martèle-t-il.Au delà de toutes ces considérations, la question sécuritaire reste problématique, car les forces de défense et de sécurité ont exprimé leur incapacité d’assurer la garde des écoles. Parce que la police et la gendarmerie ont une surcharge de besoins et de servitudes, qui les empêche de mettre un élément dans chaque établissement. Ils promettent cependant d’intervenir pour des cas ponctuels selon leurs moyens.

DERNIERES ACTU

Login