La star interplanétaire, Youssou Ndour, patron du groupe de presse Gfm, a décidé de mettre un terme à sa carrière musicale. Les mélomanes et inconditionnels du lead vocal du Super étoile refusent de croire à cette nouvelle inattendue. Mais, retenez que cette information est de loin une histoire de poisson d’Avril. C’est du sérieux. Même s’il ne l’a pas annoncé officiellement. Des proches de l’artiste contactés, précisent que depuis le décès de Thione Seck, le roi du Mbalax est plongé dans un mutisme assourdissant. Très affecté, il ne part plus en studio, ne répète plus et n’écrit plus. Une fois, ce sevrage brutal officialisé, les férus de belles sonorités musicales font languir terriblement. Conscient de son riche parcours, Le Groupe Leral projette dans un avenir proche de lui rendre un hommage mérité au Grand Théatre de Dakar.

Youssou Ndour est l’un des plus grands ambassadeurs de la musique africaine dans le monde. Né le 1er octobre 1959, à Dakar, Youssou Ndour s’est très tôt tourné vers les arts. Dès l’âge de onze ans, il intègre la troupe théâtrale “Sine Dramatique”. Lors d’une représentation, il est repéré par un musicien qui le recommande aux membres du groupe, célèbre en Afrique, le “Super Diamono”.

L’artiste internationalement reconnu, figure majeure de la World Music

Invité à suivre le groupe en Gambie pour donner un concert, Youssou Ndour n’hésite pas à quitter la demeure familiale, bravant ainsi, l’interdit paternel. À son retour, il fera part de ses désirs artistiques et convaincra ses parents de le laisser intégrer l’Institut des Arts de Dakar. Parallèlement, il monte une formation “L’étoile de Dakar” avec le chanteur El Hadj Faye. Malgré le succès, Youssou Ndour choisit de quitter le groupe en 1981, pour former “Le Super étoile”. La popularité de ce nouveau groupe est exceptionnelle. À 24 ans, Youssou Ndour s’impose déjà, comme le nouveau représentant de la musique sénégalaise.

Fort de ce succès, Youssou Ndour entame une tournée en Afrique de l’Ouest et en Europe. Si le public Africain est enthousiaste, les Européens semblent plus frileux et boudent ce genre musical nouveau. Pourtant, lors d’un concert donné à Paris, en 1984, à l’occasion d’un festival culturel africain réunissant toutes les figures connues de l’Afro-rock, Youssou Ndour remporte un franc succès.

En 1985, il se produit sur la scène du festival “le Printemps de Bourges” et assure la première partie de Jacques Higelin, sur la scène de Paris Bercy. Sa notoriété dépasse désormais les frontières de l’Europe et s’impose aux Etats-Unis et au Canada. Les critiques des tabloïds américains sont excellentes et confèrent à Youssou Ndour le statut d’Ambassadeur de la musique africaine.

Au cours de ses nombreux séjours aux Etats-Unis, Youssou Ndour fait la rencontre de Peter Gabriel, musicien mondialement reconnu. Celui-ci, lui offre la possibilité de se produire en première partie de ses concerts. Grâce à cette association, Youssou Ndour acquiert une nouvelle popularité internationale.

En 1989, il enregistre « Lion », premier opus conçu pour le marché mondial, à travers lequel, il interprète le titre “Shakin’The Tree” en duo avec son ami Peter Gabriel.

Dans la foulée, paraît un second opus international “Set”. Si les critiques sont élogieuses, les ventes plafonnent. Mécontente des résultats, la maison de disques de Youssou Ndour choisit de ne pas renouveler son contrat.

Quelques mois plus tard, Youssou Ndour fait la rencontre de Spike Lee, réalisateur noir américain réputé lors d’un concert donné en l’hommage de Nelson Mandela. Youssou Ndour le sollicite aussitôt pour produire son nouvel album “Eyes Open”, qui paraîtra en 1992. Spike Lee réalisera même, pour l’occasion, le clip du titre phare “Africa Remembers”.

Si la réputation de Youssou Ndour n’est plus à faire, il peine, à cette époque, à s’imposer sur le marché européen. En 1993, le titre “Seven Seconds” enregistré avec Neneh Cherry, lui offre enfin la notoriété espérée. Youssou Ndour profitera de ce succès commercial pour lancer son nouvel album “Wommat” qui ne tardera pas à s’imposer dans tous les classements européens. En 1998, Youssou Ndour sera même, sélectionné pour interpréter « La cour des grands », l’hymne de la coupe du monde de football.

Après “Joko”, enregistré, en 2000, avec la collaboration de nombreux artistes internationaux tels Wyclef des Fugees, Peter Gabriel et Sting, Youssou Ndour publie aujourd’hui, « Nothing’s In Vain », son sixième album studio. Réalisé en partie par Pascal Obispo, cet album, résolument pop, revendique cette fois, les racines métissées de l’artiste; les sons modernes se mêlent subtilement aux instruments traditionnels africains.

Youssou Ndour et Fathy Salama, l’un des arrangeurs les plus talentueux du Caire, signent ensemble l’album “Egypte”, sorti en mai 2004 qui compte huit sublimes morceaux cent pour cent acoustiques.

L’artiste continue son chemin et enregistre cinq nouveaux albums.
En 2013, il sort l’opus “Senegal Super Star” dans lequel, il parle de sa ville natale.

2016, un nouvel album “Africa Rekk” qu’il décrit lui-même, comme un voyage entre l’Afrique moderne et l’Afrique traditionnelle, une traversée des différentes cultures africaines, contient plusieurs duos avec Akon, Fally Ipupa et Spotless pour former l’unité des disporas.

“Le Petit Prince de Dakar”

Très jeune il commence à chanter et accompagne sa grand-mère pour les cérémonies. On le surnomme alors “Le Petit Prince de Dakar”, car c’est à l’âge de 12 ans qu’il fait ses débuts sur les scènes de la Médina (quartier réputé pour ses boîtes de nuit) et qu’il compose ses premières chansons.

Sa carrière débute réellement en 1975, quand il chante avec le Star Band du Miami, un club de Dakar. Pendant quatre ans, il enregistre plusieurs cassettes avec ce groupe, dont “Adioupe Nar” et “Mariama”, avant de former, en 1979, son propre groupe, Etoile de Dakar. De cette collaboration naissent les cassettes “Xaley Etoile”, “Absa Gueye”, “Tolou Badou Ndiaye”, “Thiapathioly” et “Xalis”.

Deux ans plus tard, l’Etoile de Dakar devient le Super Etoile, après une séparation avec l’autre leader, El Hadj Faye. Rapidement, Youssou devient une star au Sénégal et en Afrique de l’Ouest, et il se produit régulièrement au Thiossane, un club de Dakar.

Au début des années 1980, son nouveau groupe sort de nombreuses cassettes, telles que “Ndiadiane Ndiaye”, “Diakarlo 83”, “Mouride”, “Show à Abidjan”, “Bitim Rew”, “Panorama du Sénégal”, “Nelson Mandela” ou encore “Djamil”.

La France et les débuts en solo

C’est en 1984 que Youssou Ndour part à la conquête de l’Europe. Lors du festival Africa Fête qui se déroule en France, il écrit “Immigrés”, une chanson sur les sénégalais vivant à Paris et dont les paroles touchent tous les Africains. Après une tournée en Europe et en Afrique de l’Ouest, il revient en France en 1985 pour participer au Festival du Printemps de Bourges. Il y rencontre Jacques Higelin, qui le fait participer, avec Mory Kanté, à plusieurs concerts à Paris Bercy. Il participe au disque “Tam Tam pour l’Ethiopie”, à l’initiative de Manu Dibango, pour le soutien de la lutte contre la famine.

Et, en 1986, Youssou sort son premier album sur le marché international, “Immigrés”. Après une tournée en Amérique du Nord, Peter Gabriel l’invite à participer à l’album “So”, ainsi qu’à sa tournée aux Etats-Unis et en Europe. Youssou devient alors l’ambassadeur du Mbalax (musique alliant rythmes et instruments traditionnels et modernes) et popularise la musique sénégalaise dans le monde entier. Il peut désormais s’impliquer dans les causes humanitaires, et dès 1988, il participe à la tournée “Human Rights Now !” à l’occasion du quarantième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

En 1991, l’album “Eyes Open” est nominé aux Grammy Awards. En 1993, Youssou Ndour devient ambassadeur de l’Unicef . Plus tard il s’engagera pour beaucoup d’autres causes humanitaires, telles que Solidarité Sida, Aide et Action.

Youssou obtient la consécration internationale en 1994 avec l’album “The Guide (Wommat)” et son célèbre duo “Seven Seconds” avec Neneh Cherry, nommé Hit mondial. L’année suivante, il retourne à ses racines en enregistrant avec la Diva Sénégalaise Yandé Codou Sène l’album “Gaïndé : Voices of the Heart of Africa” qui rend hommage à la musique des griots africains.

En 1998, Youssou compose la bande originale du film d’animation “Kirikou et la sorcière”, et enregistre avec Axelle Red l’hymne officiel de la Coupe du Monde de Foot “La Cour des Grands” qu’il a écrit. L’année suivante, en collaboration avec Wyclef Jean, Peter Gabriel et Sting, sort l’album “Joko : From Village To Town”. Les influences Rap et Reggae de Wyclef fusionnent à merveille avec la culture africaine de Youssou.

Puis, il organise un an après son premier Grand Bal à Paris Bercy, avec de nombreux invités comme Peter Gabriel, Cesaria Evora, ou encore Passi. Youssou, qui souhaite transmettre ses connaissances aux jeunes musiciens africains, met à leurs dispositions son studio d’enregistrement Xippi à Dakar, son label musical Jololi et son night-club Thiossane. Il investit beaucoup d’argent au Sénégal dans une usine de duplication de cassettes, une radio et un journal.

En 2001 sort l’album “Youssou Ndour et ses Amis”, dans lequel le chanteur interprète ses compositions avec Boubacar Mendy, Viviane, et Ablaye Mbaye. Dans son album “Nothing’s in Vain” sorti en 2002, Youssou Ndour interprète deux chansons en français, dont une reprise de Brassens, ainsi que trois titres en anglais réalisés par Pascal Obispo, qui chante avec Youssou le duo “So Many Men”. Les deux artistes avaient déjà collaboré en écrivant “Love United”, titre interprété par les footballeurs de la Coupe du Monde 2002.

En juin 2004, Youssou Ndour rend hommage aux grandes figures sénégalaises de l’Islam dans “Egypte”, fruit de cinq années de travail, et s’inspire de la cantatrice Oum Kalsoum qui a bercé son enfance. Grâce à cet album, il remporte en 2005 le Grammy Award du “Meilleur album World Music”.

Artiste mondialement reconnu, entrepreneur ambitieux, ministre conseiller du Président…

Le « boy Dakar » ne se reconnaît au fond que deux exigences : le Sénégal et sa famille ! Plus d’une trentaine d’albums, près de cinquante ans de carrière, le chanteur et musicien à la renommée internationale, toujours aussi passionné, présente son nouveau disque, History. S’il est souvent associé au mbalax, genre traditionnel du Sénégal qu’il a modernisé et popularisé avec son orchestre Le Super Étoile de Dakar, l’artiste ne s’est jamais enfermé dans un style. Sa musique s’est toujours enrichie des formes musicales de son pays, du continent, et même au-delà, devenant l’une des figures majeures de la « world music » par ses collaborations, notamment avec Peter Gabriel, ou Neneh Cherry et leur tube « Seven Seconds » sorti en 1994.

En 2005, réalisé avec des musiciens égyptiens, son album Egypt, dédié à Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la confrérie musulmane mouride à laquelle, il appartient, est couronné d’un Grammy Awards. Héritier de la caste des griots, cet artiste engagé pour des causes panafricaines, tout au long de sa carrière est également un homme d’affaires, patron de presse, fondateur du groupe Futur Médias (radio, chaîne de télévision, le quotidien L’Observateur, plus grand tirage du pays), qu’il a installé dans son quartier d’enfance de la Médina à Dakar.
Mû par une ambition politique pour « répondre aux attentes des Sénégalais », il avait tenté de se présenter à l’élection présidentielle en 2012. Ancien ministre de la Culture et du Tourisme, il est aujourd’hui, ministre-conseiller du président Macky Sall.

Youssou Ndour, de la Médina à l’Académie royale de musique de Suède

Le chanteur et compositeur sénégalais Youssou Ndour entre à la prestigieuse Académie royale de Suède, selon l’institution qui annonce l’arrivée de neuf nouveaux membres, quatre suédois et cinq étrangers. La star de la musique sénégalaise s’était réjoui de la nouvelle sur sa page Facebook. “On ne peut pas mesurer son importance en tant qu’innovateur de la musique ouest-africaine. S’inspirant de la musique traditionnelle, il a développé et créé une forme de musique contemporaine avancée avec le “Super Etoile de Dakar”, indique l’Académie royale de musique de Suède sur son site internet.

Quatre membres suédois et cinq membres étrangers ont été élus lors de la dernière réunion de l’académie. Les nouveaux membres suédois sont Johannes Landgren, organiste et professeur d’orgue, Lina Nyberg, chanteuse de jazz et compositrice, Staffan Storm, compositeur et Joakim Svenheden, violoniste.

Les nouveaux membres étrangers sont Emmanuelle Haïm, claveciniste et chef d’orchestre, Anne-Sophie Mutter , violoniste, Kent Nagano , chef d’orchestre, Olga Neuwirth, compositrice et Youssou N’Dour, chanteur.

« Très attaché à la paix et, à la démocratie sur le continent africain, il a utilisé la culture comme un outil et un moyen de renforcer la confiance dans divers conflits. Grâce à de nombreuses collaborations avec des musiciens d’autres cultures, ainsi qu’à de nombreuses années de tournées dans le monde entier, il a permis à la riche musique traditionnelle ouest-africaine de toucher un large public international », écrit l’Académie.

Né à la Médina, quartier populaire de Dakar, Youssou Ndour est désigné en 2007 par le Time Magazine, parmi les 100 personnes les plus influentes du monde. Conseiller du président du Sénégal et ancien ministre de la culture du Sénégal, il est l’un des acteurs de la deuxième alternance dans son pays en 2012. Il a en effet soutenu Macky Sall contre Abdoulaye Wade avec son mouvement “Fekke Maci Bole”.

A retenir que c’est homme multidimentionnel, artiste hors norme qui s’inscrit aujourd’hui, dans une logique de quitter son univers naturel. Si l’information devient officielle, les mélomanes et férus de belles sonorités musicales font languir terriblement avec ce sevrage brutal.

Le Groupe Leral rendra un hommage mérité à Youssou Ndour au Grand Théatre de Dakar

Suivant son parcours exemplaire, exempt de reproches, Le Groupe Leral, a décidé de rendre un hommage mérité à Youssou Ndour au Grand Théatre de Dakar. L’initiative de ce groupe de presse rentre dans le souci de célébrer l’artiste interplanétaire de son vivant. Youssou Ndour, homme de culture, entrepreneur patriotique, d’après Leral reste et demeure une Icône qui mérite d’être fêté et honoré.

Ainsi, le Groupe Leral, compte magnifier les actions de cet homme de valeur, imbue d’une forte personnalité. A ce jour, promet-on, rien ne sera de trop pour rendre à Youssou l’hommage mérité.

A bientôt…

Léral.net

Comments to: Retrait de Youssou Ndour de la scène musicale: Un sevrage brutal aux férus de belles sonorités

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Immanquable

Tendance

Malgré les multiples dénonciations faites sur le trafic du bois en Casamance, ces pratiques illicites, qui contribuent fortement à la déforestation et qui paupérisent davantage cette partie du pays, continuent de plus belle, avec la complicité de l’Etat gambien. Aujourd’hui, des entreprises étrangères, notamment indienne, pakistanaise et chinoise, sont implantées en Gambie, avec la permission […]
Dès le début de la pandémie, l’association SOS Casamance s’était mobilisée pour contribuer à la sensibilisation sur le respect des mesures d’hygiène recommandées par les professionnels de la santé. Dans cette dynamique, l’association SOS CASAMANCE a distribué gratuitement des masques, des gels hydro alcooliques aux populations de Casamance, notamment de Ziguinchor, de Bignona et de […]

Login

Welcome to Typer

Brief and amiable onboarding is the first thing a new user sees in the theme.
Join Typer
Registration is closed.