Souadou Ndiaye ébouillante et tue sa belle-mère, récit incroyable d’un plan machiavélique

L’image d’une localité paradisiaque, Kounoune (département de Rufisque) a pris un sacré coup avec la mort de Khady Diouf, une vieille dame, découverte atrocement tuée, le corps brûlé aux trois quarts. Sa belle-fille, présumée auteur de ce meurtre, a été arrêtée et placée en garde à vue à la gendarmerie de Sangalkam.

Il y a quelques jours, Kounoune était un havre de paix. Cette localité perdue entre les limites des départements de Pikine et Rufisque, était surtout connue pour son attrait pour les Dakarois et Pékinois, trop à l’étroit dans leurs maisons exiguës, fuyant la promiscuité. Les cambriolages y sont très rares et jusqu’ici, aucun crime n’avait été recensé dans les différentes cités qui la composent. Jusqu’à vendredi dernier, où tout s’est brusquement écroulé. 24 heures après le drame qui a arraché bien des larmes à ses habitants, le silence règne à présent à la Cité Air France de Kounoune sise dans la commune de Sangalkam du département de Rufisque.

Dans les rues, les visages sont encore marqués par la tristesse. Pourtant, certains ne semblent pas trop surpris par ce qui est arrivée à Khady Diouf, une vieille dame qui a vu le jour le 02 janvier 1951 à Dougar : « C’est ce qui est écrit sur sa carte nationale d’identité », informe le délégué de quartier, l’un des tout premiers à s’installer dans cette cité, sortie de terre en 2005 et qui compte 240 maisons. Gendarme à la retraite, le Major Ibrahima Ndiaye (c’est le nom du délégué de quartier de la Cité Air France) qui veille désormais sur les 1404 âmes que compte la cité Air France, connaît bien l’histoire de la famille Bâ, du nom du seul fils que la dame Khady Diouf a eu avant que son époux ne le précède dans l’au-delà.

Une histoire qui a démarré il y a plusieurs années, par un rêve. Celui d’une dame, Khady Diouf, de trouver chaussure au pied à son unique fils, en lui cherchant une épouse issue de son ethnie. Et pour cela, Khady Diouf n’a pas cherché loin. Grand- mère, elle a su convaincre les parents de sa petite-fille, Souado Ndiaye. « Elle a choisi Souadou Ndiaye toute jeune pour en faire la future épouse de son fils ». A l’époque, ce fils, du nom d’Abdoulaye Bâ, son unique fils, ex auxiliaire gendarme, s’était reconverti dans le business avec succès.

sene.new

DERNIERES ACTU

Login