septembre 27, 2022

Le diabète est une maladie chronique qui survient lorsque le pancréas ne produit pas assez d’insuline ou lorsque l’organisme n’est pas capable d’utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. Il en résulte une concentration accrue de glucose dans le sang (hyperglycémie).
Il existe plusieurs types de diabètes :

  • Le diabète de type 1 (connu auparavant sous le nom de diabète insulinodépendant ou diabète juvénile) se caractérise par une production d’insuline insuffisante.
  • La diabète de type 2 (appelé diabète non insulinodépendant ou diabète adulte) résulte de l’utilisation inadéquate de l’insuline par l’organisme. Il est souvent la conséquence d’un surpoids et de la sédentarité.
  • Le diabète gestationnel est l’hyperglycémie qui est détectée pendant la grossesse.

En l’absence de traitement ou de gestion, le diabète peut déboucher sur des complications qui changent la vie, notamment la cécité, les amputations, l’insuffisance rénale, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. En 2017, quatre millions de personnes sont décédées à cause du diabète dans le monde.
Ci-dessous quelques signes d’alerte qui devraient pousser à aller vers une structure sanitaire :

  • Soif : la soif permanente et la bouche sèche sont les principaux signes du diabète.
  • Besoin urgent d’uriner : c’est le deuxième signe en importance. Le volume des urines est également abondant, c’est la polyurie.
  • La polyphagie ou appétit insatiable! On mange beaucoup et on a toujours faim.
  • L’amaigrissement malgré l’appétit. On perd beaucoup de poids en quelques jours, semaines ou mois …
  • Fatigue : chez un diabétique, le sucre ne peut plus assurer son rôle de carburant, de source d’énergie. Il en résulte un état de fatigue même sans activité physique.
  • Démangeaisons : en particulier dans les parties génitales en raison des infections liées à l’excès de sucre dans les urines. En plus des démangeaisons, diverses éruptions peuvent survenir.
  • Cicatrisation plus lente : si vous observez qu’une blessure ou une coupure a plus de mal à guérir que d’habitude, cela peut être un signe de diabète.
  • Perte de sensibilité : l’excès de sucre provoque une perte de sensibilité et des fourmillements, surtout dans les membres inférieurs. Un changement dans l’audition ou la vision peut être dû à une atteinte nerveuse liée au diabète.
    Personnes à risque de diabétique de type 2:
  • Les personnes dont un parent du premier degré (mère, père, frère ou sœur) est atteint de diabète de type 2;
  • Les personnes obèses ou ayant un surplus de poids, surtout lorsque la masse adipeuse se concentre dans l’abdomen plutôt que sur les hanches et les cuisses. En effet, le gras logé dans les organes de l’abdomen (surtout le foie) est celui qui nuit le plus à la fonction de l’insuline. Plus de 80 % des diabétiques de type 2 ont un excès de poids;
    Certaines populations sont plus à risque, notamment les Africains, les Latino-américains, les Asiatiques et les populations autochtones d’Amérique du Nord.
    Facteurs de risque de diabète de type 2:
  • Avoir plus de 40 ans. Le diabète de type 2 touche surtout les adultes, et sa prévalence augmente avec l’âge;
  • Avoir un mode de vie sédentaire et consommer trop de calories;
  • Pour les femmes, avoir souffert de diabète gestationnel ou avoir donné naissance à un bébé pesant plus de 4 kg;
  • Avoir un syndrome métabolique. En clinique, le médecin évaluera la présence des facteurs suivants (3 suffisent au diagnostic de ce syndrome) :
    une obésité abdominale, déterminée par la mesure du tour de taille; un taux élevé de triglycérides sanguins; un faible taux de HDL sanguin (« bon » cholestérol); une hypertension artérielle; une glycémie élevée à jeun.
    Hérédité et Diabète :
    L’hérédité est un des facteurs de risque principal du diabète de type 2. Le risque pour une personne possédant un parent diabétique de développer un diabète de type 2 est de 40%, et de 70% si deux parents sont diabétiques. Le caractère héréditaire de la maladie est indiscutable. Le diabète de type 1 (autrefois appelé diabète insulino-dépendant) est purement héréditaire. Il est dû à l’insuffisance voire l’absence de sécrétion d’insuline par le pancréas, une hormone indispensable au contrôle du taux de sucre dans le sang. Ce type de diabète reste toutefois très minoritaire, et ne représente que 10 % des cas. Alors que le diabète de type 1 apparaît pendant l’enfance ou l’adolescence, le diabète de type 2 survient plutôt après 40 ans. On assiste toutefois depuis plusieurs années à un rajeunissement des personnes atteintes. L’hygiène de vie, et particulièrement l’alimentation trop grasse, trop sucrée et la sédentarité, est pointée du doigt. Mais ce discours a néanmoins occulté le fait que le diabète de type 2 est également, en partie, une maladie héréditaire. Or, « le diabète résulte de l’interaction de la composante génétique et de la composante environnementale ».
    Extrait d’une présentation du Pr LEYE Diabétologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.