mai 27, 2022

Depuis Paris  la capitale française , le candidat à l’élection présidentielle Sénégalaise de février 2019, Pierre Atépa GOUDIABY a lancé sa campagne de collecte de signatures pour le parrainage.

Une vraie opération de charme , c’était hier Dimanche 16 septembre 2018  dans la grande salle du luxueux hôtel Saint James ,au 202 Rue de Rivoli à Paris ,dans une salle pleine de monde.

Des délégués venus de toute la France ont pris part à cette rencontre, qui s’est déroulée d’abord par une matinée de formation sur le remplissage de la fiche de parrainage, qui semble simple en apparence mais très technique.

cette formation avait pour objectif d’outiller les collecteurs qui seront mobilisés pour la collecte des signatures de parrainage pour le candidat au niveau de la diaspora de France et d’Europe.

Après la matinée de formation , l’après midi a été rythmé par des échanges directes entre le public et le candidat Atépa , face to face, comme le disent les anglais. Une excellente occasion pour le candidat pour la 3éme voie de dérouler sa vision de la gouvernance du Pays. On retiendra surtout du candidat ATEPA, sa logique et sa démarche participative, comme le résume son slogan  » SENEGAL REEK » ET » ENSEMBLE POUR LE BÂTIR « . Le candidat de la 3éme voie veut que toutes celles et tous ceux qui croient à sa vision , viennent , pour  qu’Ensemble dans un ARC EN CIEL DE COMPETENCES établir un projet commun pour le Sénégal.

Le candidat de la 3éme voie  s’engage résolument s’il les sénégalais et sénégalais lui donnent leur confiance, à être un président de la république sans salaire,  pour un mandat de 5ans non renouvelable avec comme priorité  » Ensemble redresser le pays , refondre les institutions, bannir la corruption,  soumettre la gestion de la caisse noire sous le contrôle d’une commission qui sera mise en place ».

Un argumentaire qui a fini par convaincre son public et dont le parrainage lui est acquis.

C’est pour ainsi dire le candidat a réussi une prouesse jamais tenue par des politiques sénégalais au niveau de la diaspora.

Lalo Keba , envoyé spéciale de la redaction 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.