septembre 27, 2022

Emile Badiane est né en 1915 dans une famille diola catholique à Tendième à six kilomètres à l’ouest de Bignona, la capitale départementale, dans la verte Casamance. Il fit ses études primaires à Bignona où il fut un élève brillant, doué, rigoureux et soigné.

Il réussit avec brio au concours d’entrée à l’Ecole Normale William Ponty de Gorée où il sortit major de sa promotion en 1935. Emile fut affecté comme instituteur à Podor dans le nord du pays de 1936 à 1945. En 1947, il fut stagiaire à l’Ecole Primaire Supérieure Blanchot de Saint-Louis. Toujours en 1947,il devint chargé d’enseignement avant de devenir directeur du Cours Normale de Sédhiou en Casamance où il restera jusqu’en 1951. Puis il fut affecté comme directeur d’école à Niassya à vingt kilomètres à l’ouest de Ziguinchor au coeur la forêt casamançaise de 1951 à 1958.Sur le plan politique fut créé le MFDC à Marsassoum dans la région de Sédhiou le 4 avril 1947. Parmi les membres fondateurs du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance à l’époque c’était un parti politique, nous pouvons citer Emile Badiane, Ibou Diallo, Dembo Coly,Yéro Kandé, Ousmane Seydi, Paul Ignace Coly,Edouard Diatta,Boubacar Edouard Diallo, Victor Sumehemba Diatta,Amadou Michel Diop, Assane Seck sont les plus connus. L’objectif de ces leaders de la Casamance était d’avoir des représentants au Conseil Général de l’AOF dominé par la SFIO de Maître Lamine Guèye.

Lors du Congrès de Bignona qui s’était tenu du 18 au 20 juin 1954 le but de la rencontre était d’intégrer le MFDC dans le Bloc Démocratique Sénégalais, le BDS, parti dirigé par le Président Senghor. Mais force est de constater que les discussions entre Emile Badiane, Ibou Diallo et le groupe des jeunes cadres du MFDC dirigé par le Professeur Assane Seck, l’entente n’était pas au rendez-vous . Ce fut ainsi la scission.

En 1956, Assane Seck et ses amis Doudou Sarr, Ndiouga Konaté, Louis Dacosta, Djibril Sarr et Faye Badji, ensemble ils créèrent le Mouvement Autonome de la Casamance, le MAC affilié à la SFIO de Maître Lamine Guèye. Ils quittèrent définitivement le MFDC. En 1958 dans la marche vers l’indépendance, Senghor se positionna en rassembleur et réussit le coup politique de fusionner la SFIO de Maître Lamine Guèye, le MFDC d’Emile Badiane et bien sûr le BDS.

Toutes ces forces politiques se retrouvèrent dans un grand parti d’envergure nationale, l’Union Progressiste Sénégalaise, l’UPS.Auparavant en 1952, Emile Badiane était élu conseiller territorial de Ziguinchor jusqu’à l’indépendance du Sénégal en 1960. Par la suite, il est nommé Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation des Cadres du trois mars 1960 au 26 février 1970. Enfin Emile devint Ministre de la Coopération du 26 Février 1970 à sa mort le 22 décembre 1972.

Il avait cinquante-sept ans. Pendant douze ans aux affaires, Emile Badiane avait fait du département de Bignona, l’un des plus scolarisés du Sénégal. Il était aussi à l’origine de la création de l’école hôtelière de Dakar, des écoles des Eaux et Forêts et d’Agriculture de Ziguinchor en Casamance et tant d’autres….

A la suite d’une courte maladie, Emile Badiane s’éteignit le 22 décembre 1972 au Pavillon Brévié à l’Hôpital Principal de Dakar. Ce fut un choc pour le Président Senghor qui a perdu un ami, également une grande tristesse pour la Casamance et l’ensemble du peuple sénégalais.

Des funérailles nationales furent organisées pour l’homme d’Etat Emile Badiane à Dakar le 23 décembre 1972, à la veille de Noëls. Il fut inhumé le 24 décembre dans son village natal de Tendième près de Bignona en Casamance. Ce furent l’émotion, la consternation pour ses amis, ses parents et ses nombreux compagnons politiques laissant ainsi le Sénégal et la Casamance orphelins.

L’héritage d’Emile Badiane est immense, il avait reçu beaucoup de distinctions dans sa riche carrière politique dont la plus prestigieuse fut la Légion d’Honneur française.

Aujourd’hui à Dakar, Ziguinchor et Bignona, beaucoup d’édifices, d’avenues et de monuments portent son nom rendant ainsi l’oeuvre de cet homme d’Etat impérissable. Enfin, il y a le Pont Emile Badiane de Ziguinchor et aussi le célèbre statut à son effigie au rond-point de Bignona, on la doit à la générosité de l’architecte Pierre Goudiaby Atépa, président du Collectif des Cadres Casamançais.Abdourahmane DialloSourcesEmile Badiane le Paysan, l’éducateur, L’homme d’Etat, Sous la direction de Makhily Gassama, abis Editions, 2013. Abdourahmane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.