mai 27, 2022

« Nous avons pour mission de nettoyer toutes les trois régions de la Casamance des mines anti-personnel. Mais ces activités de déminages se déroulent dans un contexte de crise qui n’est pas complètement éteinte », explique colonel Barham Thiam, le directeur du centre national d’actions anti mine au Sénégal (Cnams).

A en croire le Colonel, le travail de déminage est ralenti par la situation de ni guerre ni paix qui existe dans la zone.

« Dans le département de Goudomp, il y a des localités, pour ne pas toutes les citer de mémoire, dont la suspicion est confirmée et nous sommes en action dans ces zones », a-t-il ajouté.

M. Thiam n’a pas manqué, au cours du comité régional de développement (Crd) consacré à la question, de souligner les difficultés rencontrées. Il s’agit d’abord des intempéries liées à l’hivernage (les ravinements peuvent déplacer les mines), le financement très coûteux (5000 F Cfa par mètre carré déminé), l’importante surface à déminer (1.200.000 m2), rapporte seneweb.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.