mai 27, 2022

Au mas Neuf de la Motte, Bernard Poujol reçoit, actuellement, un stagiaire sénégalais, Malik, pour se former à la gestion des rizières et le désherbage bio par les canards. Il est également président de l’association Agir autrement pour le développement de l’Afrique dans la région de Casamance.

Jeudi 19 septembre, Bernard a reçu la visite du père Épiphane, du monastère de Kermoussa, près de Dakar, où il est responsable du verger d’agrumes et du potager. Il était accompagné de Gabriel Sales, dirigeant retraité de la société MPA pompes et irrigation, et également fondateur, avec Dominique Chardon, de la coopérative Bio uni vert qui développe également des projets avec le monastère.

Cette rencontre informelle des divers partenaires a permis de poser des jalons pour intervenir en Casamance, qui a le point commun avec la Camargue de subir des remontées de sel sur les sols. Il a donc été évoqué la nécessité de drainages, la modification de la culture du riz où pour évacuer le sel par des rigoles 30 % des parcelles sont non cultivées. Or, l’agriculture dépend de la saison des pluies et que celle-ci se réduit à deux mois et demi environ à cause du changement climatique, il devient nécessaire d’intervenir pour éviter entre autres « les départs de jeunes vers Dakar ou la migration », selon Bernard.

Bernard Poujol prévoit d’ailleurs d’aller aider sur le terrain lors de la prochaine récolte.

Source: Midi Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.