mai 24, 2022

Les deux équipes s’affrontent à l’occasion de leur deuxième match de Coupe du monde 2018. Un duel déséquilibré, sportivement comme économiquement.
Le match est déjà décisif. Le Portugal et le Maroc s’affrontent demain à 14 heures au stade Olympique Loujniki, à Moscou. Cette enceinte sportive, la plus grande de Russie, peut accueillir 81.000 spectateurs. En cas de victoire, les Lusitaniens se placeraient en position favorable pour une qualification en huitième de finale. Un scénario probable au regard des effectifs des deux équipes. Car les coéquipiers de Cristiano Ronaldo valent bien plus cher que les Marocains selon le site allemand Transfermarkt, qui calcule la valeur de transfert de l’ensemble des joueurs de football professionnels dans le monde en fonction de plusieurs critères : performance, âge, championnat, poste et équipe notamment.

Ainsi, le champion d’Europe 2016 vaut près de quatre fois plus que le Maroc. Tiré par un Cristiano Ronaldo estimé à 100 millions d’euros, le Portugal est valorisé à 495 millions d’euros, contre seulement 125 millions pour les Lions de l’Atlas. Derrière le quadruple Ballon d’or, on retrouve le jeune ailier de Manchester City, Bernardo Silva (23 ans, estimé à 50 millions) bien qu’il ait été très discret lors du premier match de poule, tout comme l’attaquant du Paris Saint-Germain prêté à Valence, Gonçalo Guedes (21 ans, estimé à 40 millions). La valorisation totale pourra sans aucun doute grimper à l’avenir car dans le groupe portugais, un tiers de l’effectif (8 joueurs sur 23) a 24 ans ou moins.

Pour les Marocains, battus par l’Iran lors du premier match de poule, une défaite sera synonyme d’élimination. L’équipe, entraînée par le Français Hervé Renard, aura tout de même quelques atouts à faire valoir. Elle pourra compter sur un trio composé du milieu offensif de l’Ajax d’Amsterdam, Hakim Ziyech (25 ans, 25 millions d’euros), Amine Harit, le très jeune (21 ans) milieu de Schalke 04 (Allemagne) valorisé à 25 millions d’euros, et enfin Mehdi Benatia, le défenseur de la Juventus de Turin (31 ans, 23 millions d’euros). A eux trois, ils pèsent plus que les 20 autres joueurs de la sélection. Le reste de l’équipe joue en effet dans des clubs moins prestigieux – Feyenoord Rotterdam (Pays-Bas), Getafe (Espagne) ou Caen (France)-, faisant mécaniquement chuter leur valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.