septembre 27, 2022

L’assassinat de Abdou Elinkine Diatta, secrétaire général autoproclamé du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc), ne sera pas un frein au processus de paix. L’assurance est du président du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance, Robert Sagna, qui reconnaît toutefois que l’incident pourrait avoir des impacts sur les discussions engagées. Robert Sagna pense que l’engagement du gouvernement et du Mfdc pour la paix est aujourd’hui si fort que l’assassinat de Abdou Elinkine Diatta ne va pas arrêter le processus. Il rappelle qu’ils avaient été conviés par le Mfdc à une rencontre le 28 février dernier et une seconde en Guinée-Bissau, dans le cadre de la recherche de la paix. Le président du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance souligne que le processus de paix ne se fera pas uniquement avec les éléments du Mfdc, mais plutôt avec la population casamançaise. A l’en croire, les populations jouent un rôle déterminant dans cette accalmie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.