novembre 28, 2022

Une fusillade rocambolesque a fait deux blessés, dont un dans un état grave, au village de Kandiounkou, dans le département de Bounkiling (région de Sédhiou). Le drame a lieu du fait du sieur Lamine Seydi, non content, selon les témoins, de l’immobilisation de son chauffeur par les jeunes, pour excès de vitesse. L’escadron de la Gendarmerie était sur les lieux et le présumé auteur serait interpellé. Des dessous politiques y sont relevés entre la mouvance présidentielle et l’opposition.

C’est en effet une vive tension qui règne depuis la mi-journée d’hier dimanche au village de Kandiounkou, dans la commune rurale de Diaroumé, département de Bounkiling. Cela fait suite à une fusillade du fait du sieur Lamine Seydi, un fils du terroir expatrié en France et venu battre campagne pour les élections législatives au sein de la mouvance présidentielle. Deux enfants auraient reçu une balle, l’un dans la jambe et l’autre au bas-ventre.

Selon plusieurs sources contactées sur place, il se serait mis en colère après avoir été informé que son chauffeur a été contraint à l’arrêt par des jeunes du village, après son voyage aller en traversant le village à une grande vitesse.

Seckou Amadou Bamba Seydi dit Kanséckou, le président de la jeunesse de Kandiounkou, explique que «dans la soirée du samedi au dimanche, le véhicule du président du Conseil départemental de Bounkiling est venu déposer le sieur Lamine Seydi à Kandiounkou. Il est entré dans le village à toute vitesse. Les jeunes sachant qu’il en fera de même à son retour, ont mis des pierres sur son chemin pour le contraindre à rouler doucement. Informé de cela, Lamine Seydi a attendu ce dimanche, au-delà de dix heures, pour venir trouver des jeunes à leur domicile, en les menaçant. Après des altercations avec eux, il a ouvert le feu sur eux et blessé l’un à la jambe et l’autre au bas-ventre gravement. Ce dernier est présentement évacué sur Ziguinchor».

Notre interlocuteur ajoute que le mis en cause est un habitué des faits et ils ont décidé de porter plainte. «Ce monsieur est habitué à ces faits et avec arrogance, car lors des élections locales, il avait ouvert le feu sans faire de victime et nous avions porté plainte ; mais le dossier est resté sans suite», se désole-t-il.

Nos services ont plusieurs fois tenté de joindre Lamine Seydi, présumé auteur de la fusillade, en vain. Nous avons également tenté d’appeler Mouhamed Diaïté, le leader de Benno Bokk Yakaar du département de Bounkiling ; mais il a fait un retour de message demandant de le rappeler plus tard.

Dans l’après-midi, trois véhicules de la Gendarmerie étaient sur les lieux, à Kandiounkou, et des sources indiquent que le mis en cause a été interpellé par les Forces de défense. Selon certaines indiscrétions, des dessous politiques à rebondissements multiples entourent cette affaire, qui n’a pas fini de livrer tous ses secrets. L’enquête ouverte par la Gendarmerie en dira plus.

Sud Quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.